Faits d’Hiver, Danger!

Étiquettes
8 janvier 2011

Faits d’Hiver, Danger!

La saison froide s’est installée au Sénégal depuis quelques semaines. On le sait, c’est la période où les nuits sont plus longues que les jours, le brouillard enveloppe l’atmosphère du crépuscule au matin et les températures en fin de soirée deviennent de plus en plus basses. C’est également la période où l’on voit des femmes tuer leurs maris (au sens propre comme au figuré).

En effet, durant cette saison de fraicheur, les femmes sénégalaises, avec leur arsenal de séduction, dignes d’une Fatou Laobé (il faut vivre au Sénégal pour connaitre cette femme excentrique qui excelle dans la vente d’encens et toutes sortes de ‘’salagn salagn’’ qui vont avec) font usage de plusieurs types d’encens pour, entre autres, réchauffer les chambres.

Les encensoirs électriques ont commencé à inonder les marchés de Dakar. Mais avec les interminables coupures de courant, beaucoup de dames préfèrent retourner au Moyen-âge pour se rabattre sur le charbon de bois afin de brûler leur ‘’Nemmali’’*(1). Quelques morceaux de charbon sur des mini fourneaux et le problème est résolu. Malheureusement, cette pratique provoque souvent des accidents meurtriers, surtout en banlieue.

Un phénomène chimique

Pour mieux comprendre, faisons un rapide saut dans l’univers de la chimie pour voir la combustion du charbon.

Le charbon de bois est assimilable à du carbone pur ou presque. Il brûle à l’air sans flamme ni fumée. Quand l’air arrive en quantité suffisante, il y a assez d’oxygène et la combustion s’accompagne, dans ce cas, d’un dégagement de gaz: le dioxyde de carbone communément appelé ‘’gaz carbonique’’ de formule chimique CO2.  Un gaz qui n’est pas si dangereux qu’on  le croit car n’étant pas véritablement toxique.

Si, par contre, l’arrivée de l’air est insuffisante pour entretenir la combustion, il se dégage alors un autre gaz, incolore, inodore et malheureusement très toxique. Il s’agit du monoxyde de carbone de formule CO.

Le CO nous met KO

Nous avons tous le réflexe de fermer, de façon hermétique, les chambres en période de froid. Ceci empêche, naturellement, une bonne pénétration de l’air dans le local.  Avec la respiration, il y a, au bout de quelques heures, une diminution, voire un déficit d’oxygène dans la pièce. Si, dans ces conditions, les femmes y installent leurs fourneaux, le charbon subit alors une combustion incomplète et dégage du monoxyde de carbone qui se mélange facilement avec l’air et se répand dans la chambre. La douce fumée du ‘’Nemmali’’ devient ainsi pire qu’un poison. Une exposition plus ou moins longue dans un tel environnement peut conduire à la mort par asphyxie. Même une faible quantité de CO peut provoquer un décès en moins d’une heure. En fonction de la durée et de la teneur en gaz, le sujet ressent d’abord des maux de tête, une faiblesse des jambes, une sensation de fatigue et une tendance à la somnolence au petit matin. En l’absence de soins, le coma s’en suit et finalement la ‘’muerte’’ comme disent les espagnols.

Pour échapper à tout cela il faut surtout insister sur l’aération des chambres et éviter au mieux de s’enfermer avec du charbon en combustion dans les pièces.

A toutes ces femmes qui écoutent et suivent les conseils et astuces de Déguène*(2), nous disons: attention quand même! Ce n’est pas une chimère. Le danger est là. Avec le CO, vous entrez OK mais vous sortez complètement KO.

*(1)Type d’encens très prisé par les femmes au Sénégal

*(2)Déguène Chimère Babou est une animatrice d’émissions interactives relatives à la vie des femmes au Sénégal.

Arouna BA

Partagez

Commentaires

yaya
Répondre

ç'est un beau texte écrit à son heure pour mettre en garde certaines femmes qui négligent les dangers liés à l'encens...

Seydi
Répondre

congratulation!!! tres intéressant ton article méme nous qui avons jamais fait de la chimie on a bien compris le message. comme tu la bien souligné ces "thiouraye" certe nous procurent énormément de plaisir mais nous conduira vers notre perte a cause de notre ignorance. donc ton article est un plus pour tout un chacun surtout nous les femmes. merci et bonne continuation

Souley Fall
Répondre

Oui intéressant l'article,
On voit que c'est un connaisseur. Notre société est belles avec cette nombreuses facettes qui font le bonheur de beaucoup d'entre nous. Malheureusement ces facettes ne prennent en compte que l'aspect "plaisir" et on en oublie les risques et autres dangers.
S'il y' avait une rubrique "femme", cet article y serait très bien.

khadre Ndoye
Répondre

rès intéressant. le rôle d un scientifique est de constater un fait l analyser et prend en considertion les risques pour mieux informer sa société de ces danger alors vous avez bien fait car de nos jour les gens ne voient que du bon coté des choses et oublient les dangers qui les guettent de l autre coté. mreci amigo et bonne continuation