Mon top 10 des blagues de mathématiciens

10 septembre 2013

Mon top 10 des blagues de mathématiciens

Einstein-Femmes-300x197J’ai toujours voulu partager, avec vous, quelques blagues de mathématiciens que j’ai apprises à différents stades de mon cursus scolaire et universitaire. Ben oui, il existe une multitude de blagues concernant la mathématique et les Hommes qui la font et défont. La mathématique est une activité sociale et elle arrive avec son cortège de blagues, une façon de dissiper les tensions, briser la glace et atténuer l’austérité collée à cette discipline. Le professeur Cédric Villani (médaille Field 2010) en a récemment préfacé un ouvrage entier, d’ailleurs. Ouvrage que j’aimerai bien lire.

C’est n’est que ce 10 septembre que j’ai l’occasion de sélectionner, pour vous,  mes 10 meilleures blagues parmi celles que je connais. Attention ! Certaines seront difficiles  à comprendre (et donc pas drôles) pour un non-matheux, car nécessitant un petit bagage mathématique. Mais j’essaierai d’expliquer et simplifier au maximum pour vous permettre d’en saisir le sens.

Faut-il rappeler le prétexte de ce texte ? En fait, le 10 août dernier, les mondoblogueurs publiaient, sous l’impulsion de Ziad Maalouf, des articles parlant d’un classement de 10 faits. Le mien arrive avec un mois de retard, mais bon ! Mieux vaut tard que jamais. Allez, voici mon top 10. Certaines blagues ont été modifiées ou améliorées par mes soins.

1. Un mathématicien n’urine pas, il fait π π.

 un mateux

2.  Logique

Deux mathématiciens spécialistes de la logique se rencontrent et discutent :

–  Salut vieux ! j’ai de bonnes nouvelles ! Ma femme a récemment mis au monde notre premier enfant.

–  Ah ! Félicitations ! C’est un garçon ou une fille ?

–  Oui, c’est exact.

Commentaire : un enfant est, soit un garçon, soit une fille. Donc, en logique, dire qu’un enfant est un garçon ou une fille est une affirmation exacte.


3.
Biologie mathématique

Un biologiste demande à un mathématicien : qu’est-ce qu’un ours  polaire ?
Ce dernier répond : C’est un ours cartésien qui a changé de repère.

Commentaire : Si vous avez fait la 4e au collège, vous avez appris la géométrie euclidienne. Vous connaissez donc un repère cartésien qui permet de repérer un point dans le plan au moyen de ses coordonnées x et y dites coordonnées cartésiennes. Les coordonnées polaires, elles, sont un système de cordonnées à deux dimensions dans lequel chaque point du plan est entièrement repéré par un angle ө et une distance r. Pour passer d’un système à un autre il suffit de faire un changement de repère. Le passage des coordonnées polaires au repère cartésien se fait aux moyens de fonctions trigonométriques. Un ours polaire est donc un ours cartésien qui a changé de repère.


4. Démontrons que Femme = problèmes

Pour avoir une femme, il faut de l’argent et du temps. Postulat de départ :

 Femme = argent x temps

Or, le temps c’est de l’argent. « Time is money » disent les Anglais. Donc : temps = argent.

En remplaçant temps par argent dans la première équation, on obtient : femme = argent x argent. On  obtient  ainsi :

Femme = (argent) 2

Or, on le sait, l’argent c’est le nerf de la guerre, c’est la racine de tous les problèmes. On écrit donc que argent = √problèmes. On remplace argent dans l’équation précédente et on obtient :

Femme = (√problèmes) 2

 

Finalement, après simplification la racine et le carré sautent  et le résultat est :

  Femme = problèmes  Cqfd

Commentaire : la mathématique est une science dans laquelle on représente le monde qui nous entoure de manière abstraite aux moyens d’équations. Les vérités s’obtiennent par raisonnement logique, une suite d’arguments basée sur des déductions logiques qui découlent les unes des autres jusqu’à l’établissement d’une preuve irréfutable. Là, on vient de prouver que femmes = problèmes. C’est pour cela qu’elles sont difficiles à comprendre.


5.  Démontrons que
π est irrationnel

Les mathématiciens ont mis des années avant de pouvoir démontrer que π est irrationnel. Mais, en fait, c’est facile à prouver. Il suffit de mettre un cheval sur un oiseau. En effet, tout le monde sait qu’un cheval sur un oiseau, c’est complètement irrationnel. Donc, le résultat induit sera forcément irrationnel. Voyons maintenant le résultat du rapport.

Cheval
———-  = ?
Oiseau

On a : ChevaL = Cheva x L

Or, Cheva c’est l’opposé de Vache (si on lit dans le sens inverse) donc Cheva = – Vache. Donc :

ChevaL = – Vache x L
Une vache est une bête à pis donc, Vache = β x π
Un oiseau est une bête à ailes donc, Oiseau = β x L

Si on remplace cheval et oiseau par leurs expressions, on obtient :
Cheval  – Vache x L  – L x β x π
———-  =   ————  =    ———–——
Oiseau           Oiseau            β x L

On simplifie et le résultat est

Cheval         – L x β x π
———-  =     ———–——  = – π
Oiseau              β x L

Et voilà. On vient de démontrer que – π  est irrationnel. Par conséquent, π est irrationnel.


6. 
Idrissa Seck et les maths

Idrissa Seck, ex-premier ministre sous Wade, fait parfois l’objet de caricatures pour ses discours emphatiques teintés de versets du Coran. Un jour,  il parle à ses militants du haut de son fauteuil et leur dit : « Mes amis, x2=2py ».

Un militant prend la parole : « Ecoute, Idy,  déjà, d’habitude, on ne comprend pas grand-chose à ce que tu dis, mais là, franchement, on est complètement perdu ».

Et Idy répond : « Maaais ! C’est une parabole ! »

Commentaire : En effet, l’expression x2=2py  représente l’équation d’une parabole de paramètre P. Une parabole est une courbe de la famille des coniques dont les nombreuses propriétés géométriques s’appliquent à beaucoup de phénomènes physiques. Idy s’exprime donc en parabole. En fait, il a voulu jouer avec le sens du mot parabole qui est aussi une figure de style.

7. La pomme de Darwin

Pourquoi les pommes tombent toujours vers le bas ? Beaucoup pensent que c’est Newton qui a trouvé l’explication. Une pomme lui est tombée sur la tête et c’est là qu’il a découvert  la loi de la gravitation universelle. Mais, en fait, la vraie explication, c’est que c’est une question de sélection naturelle. Voici l’histoire :

Au départ, les pommes tombaient dans tous les sens. Il y avait des pommiers dont les fruits tombaient vers le haut, vers la gauche, la droite, vers le bas… Mais la sélection naturelle a fait que seuls sont restés les pommiers dont les pommes tombent vers le bas. C’est évident. Une pomme qui tombe vers le haut ne pas pousser. Seuls celles qui tombent vers le bas vont pousser et produire de nouveaux pommiers. Voilà la vraie explication.

8. Le mouton noir

Un mathématicien, un biologiste et un physicien voyagent ensemble en Ecosse dans un train. Soudain, ils voient à travers la fenêtre un mouton noir.

Le biologiste dit : « Ah ! En Ecosse les moutons sont noirs. »

Le physicien réplique : « Hum ! Attention ! On n’a fait qu’une observation et tout ce qu’on peut dire c’est qu’il y a un mouton noir, hein ! »

Le mathématicien les regarde avec un air hautain et dit : « En Ecosse, il existe au moins un mouton dont, au moins, un côté est noir. »

Commentaire : Cette blague illustre combien les mathématiciens font attention à la précision et à la rigueur dans leur raisonnement. D’ailleurs, certains physiciens reprochent aux mathématiciens d’être trop rigoureux par moment.

9. Erreur de signe

 Un physicien, un ingénieur en mécanique et un mathématicien sont au dernier étage d’un immeuble en feu. Le seul moyen de s’en sortir est de sauter, par la fenêtre, dans une piscine située sur le toit de l’immeuble d’en face, un peu moins haut. Le saut semble très difficile.

Le physicien analyse la situation, mesure la vitesse du vent, la distance, la différence des hauteurs. Il attrape un papier et un crayon pour y calculer la trajectoire pour déterminer la vitesse et l’angle initial nécessaire pour atterrir au milieu de la piscine.  Quand il termine, les flammes s’approchent dangereusement. Il prend son élan, saute et atterrit de justesse, à quelques centimètres du bord de la piscine.

L’ingénieur ramasse une planche. Il mesure son élasticité et l’accroche sur le bord de la fenêtre. Il utilise les données du physicien pour faire ses calculs. Il remplit une feuille, deux feuilles. Le sol commence à chauffer à cause de la proximité de la flamme. Il termine vite ses calculs, prend son élan, monte sur la planche et saute. Il atterrit à l’intérieur de la piscine, non loin du physicien.

Le mathématicien a désormais les données du physicien et de l’ingénieur. Il commence ses calculs, mais les flammes commencent à entrer par la porte. Il panique. Il a, quand même, eu le temps de  remplir 3 feuilles et terminer ses calculs. Il prend son élan, arrive sur la planche, saute et part tout droit vers le ciel. On ne le voit plus retomber. Que c’est-il passé ?

Une erreur de signe.

Commentaire : cette blague illustre  un peu le fait que le sens d’une trajectoire peu être modifié par simple changement de signe. Une erreur de signe induit souvent un résultat opposé à celui attendu. Elle illustre également l’interdépendance entre certaines disciplines scientifiques. Les mathématiciens utilisent les résultats des physiciens et vice versa. Idem pour les ingénieurs.

10. Math et montgolfière

Deux personnes qui font une promenade dans une montgolfière sont perdues et décident de redescendre plus bas pour demander leur chemin. Elles aperçoivent  sur deux autres personnes qui discutent sur la route et demandent :

« Excusez-moi, messieurs. Pouvez vous nous dire où nous sommes là ? »

Les deux hommes se regardent, se concertent un moment et répondent : « Vous êtes dans une montgolfière »

Surprises, les deux personnes de la montgolfière les remercient quand même et reprenne de l’altitude. Un peu plus loin, l’un dit à l’autre : « A mon avis, ces deux là sont des mathématiciens. »

–  Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

–  Et bien, ils ont mis du temps à nous répondre, leur réponse est parfaitement juste, mais elle ne sert absolument à rien.

Pendant ce temps, les deux mathématiciens se disent : « C’était sûrement des physiciens ces deux là. Ils nous posent des questions évidentes, et après, s’ils sont perdus c’est de notre faute. »

Commentaire : Ici, la blague met en exergue l’opinion que certains scientifiques se font de certaines branches de la  mathématique jugées trop abstraites et qui ne font l’objet d’aucune application concrète. La théorie des nombres, par exemple, a longtemps été considérée comme une branche qui sert à rien du tout par les mathématiciens eux-mêmes. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’ingénieur Alfred Nobel n’a pas voulu attribuer un prix Nobel à la mathématique. Mais, de nos jours, on voit que la théorie des nombres s’applique très bien dans des domaines comme la cryptologie et les codes secrets.

Voilà tout. Alors ? Laquelle vous a fait le plus marrer ? Qu’est-ce que vous n’avez pas compris dans les démonstrations ? Si vous avez une autre interprétation par rapport à une blague n’hésitez pas à les partager.

 

Partagez

Commentaires

Ziad
Répondre

Bravo Arouna, j'ai ri à toutes les blagues

pascaline
Répondre

Sans surprise le raisonnement selon lequel femme=problème! Évidemment démontré de cette manière ça parait logique!!! uEt celle des moutons aussi.

eyesango
Répondre

Très cool ce top 10 , je crois que c'est le meilleur top du mois. J'ai aimé jusqu'à mourir Harouna.
Baba Mahamat

Rijaniaina
Répondre

trop lol mon ami!
Les geeks, les nerds, les matheux apprécieront

(y)

Bibi
Répondre

J'ai toujours fortement deteste les Maths quand j'etais au lycée! Mais vu sous cet angle, cela lui Donne un air plutot sympathique. Je crois que c'est ce que devraient faire les profs de Maths. car ils continuent par nourrir ce mythe qui font que beaucoup de personnes haissent cette matiere.

Andriamihaj
Répondre

J'ai bien aimé l'erreur de signe! Très bon billet :)

BA Arouna
Répondre

Merci Andri. L'erreur de signe est une bonne blague en effet

Limoune
Répondre

Arouna et les maths ! Je devais me douter que tu nous préparais un top 10. Après le 11 des Liebster, le 10 des Top. AUjourd'hui, tu me donnes la preuve que les maths ne sont pas une science exacte, que la science exacte n'existe pas : c'est quoi cette équation biaisée des femmes et des problèmes. Tant de variantes volontairement laissées de côté ;)

BA Arouna
Répondre

je m'attendais à une réaction citronnée comme celle là de la part d'une personne comme Limoune. Féminisme ?

nathyk
Répondre

La première, celle du cheval et l'oiseau et celle d'Idrissa Seck et sa parabole. Super Arouna, comme d'habitude. On voit que ça t'a pris aussi un sacré pour éditer ce magnifique billet. Merci du partage !

Répondre

C'est magnifique, génial. Mais, au 4 le signe de la racine devait être en dehors de la parenthèse, sans ça le résultat n'est pas juste.
Deuxième remarque amicale, les caractères utilisés sur ton Blog ne sont lisibles qu'avec une loupe.
J'espère te lire encore, et encore.
https://dabdat.mondoblog.org/

mareklloyd
Répondre

Bien ça. Je ne suis pas un grand matheux mais, j'ai bien rigolé.

Za Rabe
Répondre

Ce commentaire, c'est vraiment un commentaire.
C'est pas une erreur de signe.
M6

Olivier M
Répondre

Il y aussi celle de l'agriculteur, de l'ingénieur et du mathématicien qui doivent délimiter une parcelle la plus grande possible avec un nombre fini de piquets.

L'agriculteur fait un beau carré, l'ingénieur lui sait qu'en faisant un rond il maximisera la surface. Quant au mathématicien, il plante un piquet et déclare: 'ma parcelle est à l'extérieur de ce piquet'. ;)

Albert KAMDEM
Répondre

j'ai eu une bonne bouffée de rire. merci !

Olfa
Répondre

J'ai bien aimé la blague de "Femmes = Problèmes" mais ils ont omis de poser "problèmes" en tant que variable positive pour pouvoir la mettre sous le radical de la racine et étant donné que "les problèmes" sont toujours "négatifs", le résultat de la démonstration ne peut qu'être erroné hhh (cqfd) ;)