Les raisons de ma censure sur Ruepublique.net

17 mai 2011

Les raisons de ma censure sur Ruepublique.net


Comme on pouvait s’y attendre, l’article “facedakar ou fessedakar” a fait monté El Malick Seck et sa clique sur leurs grands chevaux. Pendant un moment, ils se sont agités de gauche à droite, tels des haricots sauteurs, pour tenter de se venger. Ce n’est pas vraiment une surprise. Tous ceux qui, comme disait Albert Londres, “portent la plume dans la plaie”, sont souvent sujets à des réactions violentes, des tentatives d’intimidation ou de déstabilisation.

Ce qui a été, par contre, difficile à comprendre, comme la théorie des systèmes complexes, c’est que le texte soit censuré par le site ruepublique.net (qui se dit “une tribune libre et citoyenne”) à peine 48heures après sa parution. D’abord, le texte original avait été amputé d’une phrase. Puis, deux jours plus tard, il a complètement été enlevé du site.  Ce qui a suscité un faisceau d’interrogations chez les internautes. Pourtant, El Malick n’est ni actionnaire encore moins propriétaire de Ruepublique. Je n’ai ni insulté ni diffamé dans l’article. Je n’ai fait  qu’exprimer mon opinion. Sévèrement certes mais objectivement, si l’on en croit aux jugements des nombreux lecteurs.

Malgré tout, Ruepublique m’a littéralement humilié en jetant mon article à la poubelle. Pourquoi? Je ne saurais répondre avec exactitude à cette question.  Aucune réponse ne m’a, jusqu’ici, été fournie par le responsable du site malgré mes multiples demandes d’explication. (seconde humiliation).

Je me suis donc contenté de la version d’un ami journaliste qui est très au fait de ce qui se trame et se trime derrière cette histoire. Voici ce qu’il m’a dit : “[…] Ton article a failli porter préjudice au propriétaire de Ruepublique. El Malick n’a pas aimé ton texte et a voulu se venger en révélant des choses sur lui car il le connaît bien. C’est pourquoi on a enlevé l’article…

Le propriétaire du site est un journaliste célèbre au Sénégal qui travaille pour la Radio Futurs Médias (RFM) en tant que correspondant dans une des régions du pays. Apparemment, le patron de fessedakar détient des informations sur lui qui peuvent nuire à son image ou sa carrière. Un cas DSK ? Peut-être. Il aurait, en tout cas, actionné ce levier pour obtenir le retrait de mon article. En clair, une forme de chantage de la pire espèce.

Voilà donc les raisons de la censure sur Ruepublique. C’est du moins ce qui m’a été rapporté. Et c’est “ce que je crois” pour reprendre la formule de Bachir Ben Yahmed. Je vous laisse le soin de juger la démarche et la moralité d’El Malick Seck.

Aux responsables de la ruepublique, je rappelle simplement que la censure de l’article et le refus d’apporter le moindre justificatif à moi et aux lecteurs peuvent sérieusement  porter atteinte à l’image et la crédibilité du site.

Par @rons3

Partagez

Commentaires

Ameth DIA
Répondre

Un journaliste qui censure un article publié sur sa personne alors qu'il ne cesse de créer des scandales sur d'autres!! Bizarre comme façon de se comporter. Est-ce que tu es toujours toujours sur Ruepublique? A ta place, moi j'aurais boudé.

BA
Répondre

J'ai, évidemment, quitté Ruepublique, Dia. C'est une question d'honneur après tout. je ne saurais travailler sous le régime de la censure. De plus, censuré 1 fois, censuré 1000 fois. Si je reste laba un autre article va gêner et sera retiré du site c'est sûr. Pour le moment je bosse pour mon blog. Et rien que pour mon blog. En attendant de voir ailleurs !

SUY Kahofi
Répondre

C'est la preuve que ton article a touché un problème important qui est celui de la dépravation des mœurs par les médias que certains journalistes appellent malheureusement ''liberté d'expression''. Du courage et tu me fais pensé à mon premier reportage sur la tricherie au BAC alors que j'animais sur une radio de proximité. Le reportage a failli coûter cher au superviseur régional, un docteur de FAC qui jouait même sa carrière. Il s'est agité dans tous les sens, j'ai pris 6 heures de garde à vue à la Police et le Préfet a pu mettre fin à l'histoire!

BA Arouna
Répondre

waww!!! 6 heures de garde à vue à la police ! Juste pour avoir parlé de tricherie au BAC. La côte d'Ivoire est plus dangereuse que le Sénégal de se côté là alors. Mais bon ! Ça fait partie des "P" de la presse : les Persécutions et même le Prison

Seydi Rokhaya
Répondre

ils n'ont même pas honte sans montre qu'ils encouragent la perversion que Dieu me pardonne je ne l'ai juge pas mais tu as tout à fait le droit de dénoncer ce site je te jure que quand j'ai regardé j'ai été choqué en plus ces photos sont publiés auprès des photos de marabouts c'est inadmissible et c'est du n'importe quoi. pour moi ce que tu as dit est même petit pour qualifier ces publications. " c'est l'incarnation du mal pure et dure"