L’électricité et les ordures

23 mai 2011

L’électricité et les ordures

Par les temps qui courent, d’aucuns diront que c’est une belle métaphore pour faire allusion aux responsables de la gestion désastreuse du secteur de l’électricité au Sénégal. Ces dirigeants qui, à cause de leur incompétence (ou manque de volonté politique), notre pays est plongé dans un noir tel qu’un chat aurait du mal à y retrouver ses chatons. Ces directeurs qui se sont alternés à la tête de la Senelec (la Société nationale d’électricité) cette décennie sans réussir à nous fournir le courant alternatif de façon continue. On le sait, le Sénégal traverse, en ce moment, la pire crise énergétique de son histoire.

C’est dans un tel contexte que des projets de production d’énergie électrique par les ordures ménagères ont vu le jour. Il s’agit donc des ordures comme on en trouve dans la plus grande et la plus célèbre décharge du pays : Mbeubeuss. C’est sans doute pour s’inspirer de ce qui s’est fait avec la décharge de Payatas à Manille aux Philippines où des ingénieurs ont pu, grâce cette montagne d’ordures, créer de l’électricité qui alimente les quartiers des alentours.

En effet, les ordures en décomposition dégagent un gaz très polluant : le méthane, de formule chimique CH4. Ce gaz, sous une certaine pression peut servir de combustible pour faire tourner des alternateurs afin de générer du courant.

Dans la décharge de Payatas, les techniciens ont enfoui près de 60 tubes en plastique à plus de 20 mètres de profondeur pour en ressortir le méthane. Le gaz fait tourner une énorme turbine placée à une centaine de mètres et reliée à un alternateur. L’installation produit ainsi entre 250 et 500 kilowatts. Selon les experts, il y aurait suffisamment de méthane pour créer du courant pendant 10 ans.

Un projet de ce genre est en cour d’étude depuis 2008 avec la décharge de Mbeubeuss qui accueille près de 475 000 tonnes de déchets par an. S’il arrivait à terme, les populations des communes environnantes (Malika, keur Massar…) seront sans doute épargnées des délestages qui font rage en ce moment. De plus, ce sera un avantage certain sur le plan environnemental. Le méthane étant un gaz à effet de serre toxique, sa récupération avant qu’il ne se répande dans l’atmosphère participe à la lutte contre le réchauffement climatique. Reste à espérer que le projet ne dorme pas indéfiniment dans les tiroirs.

En attendant, le sénégalais continuent de broyer du noir avec des quartiers de plus en plus délestés et la Sénélec de plus en plus détestée. Obligés d’écouter les discours peu convaincants des autorités annonçant des mesures et des dates butoirs pour la fin des délestages. Didon ! Et si, au Sénégal, le secteur l’électricité était géré par des “ordures” ?

Arouna BA

Partagez

Commentaires

Andriamihaj
Répondre

Donc en polluant plus, on aurait un peu plus d'énergie. Mais cela peut résoudre un tas de problèmes!!! Qu'en est-il du financement pour mettre en place ce genre de système?

BA
Répondre

Le financement se fait à l'aide de partenaires privés et avec l'appuis de la banque mondiale mais aussi et surtout par recettes provenant de la Taxe Carbone. à Manille, par exemple, c'est une entreprise italienne qui s'est chargé du travail. Entre autres avantage de ce système c'est la réduction des émission de méthane

Seydi Rokhaya
Répondre

au sénégal il faut voir pour croire ils ne savent que faire des promesse et rien d'autre l'argent sa ne manque pas dans la mesure ou notre cher président donne 30millions par mois aux politiciens je ne sais pendant combien de temps en plus des terrains et de l'argent a ces lutteurs c'est malheureux!!!!!

BA
Répondre

je crois que c juste un manque de volonté politique @Seydi.L'argent ne manque pas au Sénégal, c'est sûr. seulement, il plus facile pour les aurorités de décaisser des millions pour entretenir une clientelle politique que de financer des projets. C'est juste un problème de dirigeants je crois

ariniaina
Répondre

Ouais c'est vrai. Le délestage de tous les jours au Sénégal n'était pas très cool. Une fois j'ai failli me perdre en voulant aller au petit coin la nuit sans parler de mon appareil photo que je n'ai pas pu recharger. A part ça, le séjour là-bas a été vraiment sympa.
J'espère que ce projet se concrétisera bientôt pour le bien de tous
Bien le bonjour de Madagascar :)

Ba Arouna
Répondre

Merci Lalah. Bonjours à tous les malgaches qui ne gâchent rien. On espère aussi que projet puisse arriver à terme. Les coupures c'est vraiment agaçant ici...

sygy
Répondre

c & bon projet.Meme si je trouve que 250 kW est un peu faible,il pourrait quand meme alimenter malika comme tu le precise.je tient a rappeler que la senelec souscrit 957W a chaque sénégalais par defaut.faites le calcul!mais idée a approfondir

BA Arouna
Répondre

on pourrait aussi rajouter ces 250 kW au réseau ! non !

alex
Répondre

cette idée de fabriquer de l'electricité a partir des ordures semble plutôt intéressante.